Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Moêtchi M'PÂMBU MBUMBE

Moêtchi M'PÂMBU MBUMBE

Hervé PAMBO MBOUMBA


ALI BONGO – BELINGA – VOXAFRICA

Publié par Moêtchi M'PÂMBU MBUMBE sur 26 Août 2016, 01:37am

Débat avec le Candidat Ali BONGO ONDIMBA sur VOXAFRICA

 

Belinga : des Révélations, toujours des révélations, comme dans  la vidéo ci-dessus.

 

Dans ma réponse du 9 septembre 2015,  à l’Ordonnance de Communication  N° 465 /2014-2015 du CONSEIL D’ÉTAT, je concluais :

 

"Je vous prie, très respectueusement, M. le Premier Président du Conseil d’ÉTAT, de bien vouloir trouver une solution à  l’amiable (politique) à ma requête, en sollicitant la magnanimité de Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République, Chef de l’État, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature."

 

Il y a bien eu JURISPRUDENCE, puisque la  CMEC a été indemnisée par l’ETAT, alors que selon le Candidat Ali BONGO ODIMBA, le 23 aout 2016, la responsabilité  en incombait à  UNE PERSONNS PHYSIQUE.

Dans un système politico-judiciaire où personne ne peut instruire ou rendre justice en faveur d’un simple citoyen, contre le Chef de l’Etat, il est peut être possible que le  Président de la République, SE M. Ali BONGO ONDIMBA, n’ait jamais entendu parler du dossier ENIFER/ BELINGA.

Tous les éléments versés à celui-ci, jusqu’à cet instant,  corroborent pourtant,  vers une  décision tendant à réparer le préjudice dont je suis l’objet, depuis bientôt dix ans : mon outil de travail a été cassé, mes enfants ne vont pas à l’école, je vis dans le besoin et la peur, etc.

Les Réseaux sociaux sont un moyen de parvenir  à "l’Egalité des chances" tant magnifiée dans votre nouveau projet de société. Bien que, lassé de ne pas me faire comprendre et accepter dans votre camp, je suis désormais dans l’Opposition.

Owendo le 25 aout 2016

 

 

 

 

 

Réponse à Ordonnance de Communication  N° 465 /2014-2015 du

CONSEIL D’ÉTAT

 

Hervé PAMBO

Directeur Gérant de ENIFER

Affaire : PAMBO Hervé C/Etat Gabonais

Phone 07514004   mail : rvpambo@yahoo.fr

 

Dans de ma requête adressée au CONSEIL D’ÉTAT, datée du 15 décembre 2014, le dossier contenait 18 pages en annexes. Je ne reviendrai pas ici sur certains détails antérieurs à cette date.

Peut-on affirmer aujourd’hui que le projet de Belinga n’a pas fait de victimes ? Non, parce qu’au vu des éléments versés à cet important dossier, ENIFER  EN EST UNE.

Comme en 2008 lors de la banqueroute dont j’ai été victime, j’étais  loin de comprendre, ce qui n’avait pas réellement marché et ce n’est que, mois après mois, années après années, que certaines révélations ont permis de  mieux se faire une idée de la situation dans le sulfureux dossier du Projet d’Exploitation du Fer de Belinga.

Réagissant par rapport à certaines informations reçues, j’allais donc  passer à l’exécution  sur le terrain conformément à ma lettre du 25 novembre 2014, adressée au Ministère de l’intérieur. (Annexe 1)

D’abord lors d’une  manifestation sur la voie publique le 16 décembre 2014   à Owendo, relayée aussitôt sur les Réseaux sociaux, où je fustigeais la gravité  des déclarations de M. Bilié Bi Nzé, en l’encontre de M. Ping, dans une affaire qui a tenu en haleine tous les gabonais pendant dix ans. (vidéo du 16 déc)

Ensuite lors d’une autre manifestation sur la voie publique, le 20 décembre 2014 à Rio, relayée aussi sur les réseaux sociaux - notamment dans Infos de Kinguelé et Infos d’Akebé - où je rappelais la rhétorique fortement usitée du slogan : Belinga n’est pas mon Échec, Belinga est l’Échec de la politique de l’ÉTAT. (photo 1)

Peut-on imaginer que les pouvoirs publics par le la toute puissance du Ministère de l’Intérieur et de la Médiature de la République, n’aient pas été informé de ces faits, en marge des événements de Rio et repris encore une fois largement sur les Réseaux sociaux ? Cela est aussi une violence que de rester sourd à ces interpellations. Je suis donc victime de violence de la part de l’État. (photo 2)

Un autre fait d’actualité bien que paraissant dans un journal satirique (le Nganga du 14 août 2015), va éveiller une fois encore mon attention.

En ne considérant que le fond. Ces déclarations sur l’indemnisation de la Société chinoise CMEC (17 Milliards), sont de source très officielle et très autorisée dont  on peut examiner le contenu sur  le Net, au lien suivant (Annexe 2). L’ÉTAT et non des personnes physiques qui l’ont impliqué, a reconnu implicitement sa responsabilité dans le traitement du dossier de Belinga, avec ses intrigues économiques, écologiques, politiques et géostratégiques. Et dans le règlement de ce contentieux, on parle bien d’une solution à l’amiable, qui a conduit au dédommagement de la Société CMEC  par la suite d’un Contrat signé avec l’État gabonais à propos de l’Exploitation du Gisement de Belinga.

Mais un projet de société politique (élection présidentielle de 2005, élection législative de 2006, élections locales de 2008, nouvelle élection présidentielle de 2009), validé par la victoire à ces élections, de ces candidats, à divers degré, est un CONTRAT qui ENGAGE L’ÉTAT !

Un projet de société validé par une élection gagnée, est un contrat encore plus pernicieux car le fait de la majorité absolue ou relative, engage tous les électeurs ou non électeurs, il engage le pays tout entier !

Une décision, une loi, prises par une personnalité légitime et entériné par les deux parlements représentant le peuple, est un CONTRAT qui ENGAGE L’ÉTAT !   

Ce que je recherche, ce n’est pas une victoire juridique contre mon propre « camp », car j’ai soutenu Belinga sur tous les fronts au point que je me sois  gravement compromis.  Ce que je souhaite c’est la réparation à l’amiable de ce préjudice.

Il n’y a dans ma démarche, depuis le commencement (en 2005) : ni récupération, ni opportunisme, ni instrumentalisation.

Je vous prie, très respectueusement, M. le Premier Président du Conseil d’ÉTAT, de bien vouloir trouver une solution à  l’amiable (politique) à ma requête, en sollicitant la magnanimité de Son Excellence Ali BONGO ONDIMBA, Président de la République, Chef de l’État, Président du Conseil Supérieur de la Magistrature.

Recevez M. le Premier Président du Conseil d’Etat, l’expression de ma très Haute considération.

 

 

NB : à titre de rappel je vous transmets, les copies numérisées de tous les doucement fournis pour ce dossier. Vous pouvez les trouver également en instantané sur mon blog :

http://hpambo.over-blog.org/2014/08/affaire-belinga-enifer-bicig.html 

et sur la page facebook :

https://www.facebook.com/groups/385460528132829/?fref=ts

 

PJ :

Annexe    1 - copie Lettre au Ministre de l’Intérieur

Annexe  2- http://www.gabonlibre.com/Le-chinois-CMEC-chasse-de-Belinga-17-milliards-de-FCFA-a-rembourser_a23680.html

Les vidéos sont dans le dossier numérique.

 

 

 

Hervé PAMBO PAMBO

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents